L’administrateur général

En 1979, lorsque Pierre Dux quitte le poste d’administrateur général, Jacques Toja lui succède. Dès la rentrée, il doit assurer la célébration du Tricentenaire de la Comédie-Française avec une quarantaine de spectacles à gérer à cette occasion.

Fidèle à ses ambitions, il engage de nouveaux comédiens comme Richard Fontana ou Roland Bertin, fait reprendre les classiques du XXe siècle (Les Corbeaux de Becque, Intermezzo de Giraudoux) et confie des mises en scène à des personnalités très critiques envers la politique de la troupe dont Jean-Pierre Vincent, Antoine Vitez et Jacques Lassalle qui occuperont à leur tour le poste d’administrateur général.

Par ailleurs, il adopte une politique de recherche de jeunes auteurs au Petit Odéon qui dépend alors de la grande maison :

« La Comédie-Française ne doit pas être seulement un conservatoire des œuvres du passé. L’idée directrice est d’avoir une troupe rompue à tous les styles et capable de jouer Molière mais aussi Ionesco ou Beckett. » J.Toja

Ainsi au cours des quatre années où il occupe le poste d’administrateur général 74 pièces seront montées de 46 auteurs différents parmi lesquels des révélations tels que Jean-Marie Koltès et Jean-Luc Lagarce.

Bien qu’il se consacre essentiellement à son poste d’administrateur, il n’oublie pas pour autant son métier de comédien. C’est à cette période qu’il interprète deux de ses plus grands rôles: Verchinine dans Les Trois Sœurs de Tchekhov et Adolphe, le mari écrasé et torturé dans Les Créanciers de Strindberg qu’il incarne avec une sensibilité exacerbée.

►  Jacques Toja, nouvel administrateur général est interviewé au JT du 11/07/1979

►  Soir 3 du 11/07/1979: portrait du nouvel administrateur général et interview.

►  Y.Mouroussi interview J.Toja sur la fonction d'administrateur général (23/11/1979)

►  Interview de J.Toja: mission de la Comédie-Française et gestion (23/11/1979)